«Les Peaux rouges» Emmanuel Brault

infos, People, press

«  Ce matin, je sors, plutôt pressé, et j’ai pas fait trente mètres, que paf… une rouge avec sa marmaille me rentre dedans au coin de la rue.

 

Elle se casse la figure et me gueule dessus.

 

Elle me dit que je l’ai fait exprès, que c’est une agression.

 

En temps normal, on se serait excusés, j’aurais fait mon sourire de faux cul et tout serait rentré dans l’ordre.

 

Mais non, je trouve rien de mieux que de lui cracher  : “fais pas chier sale rougeaude” et manque de pot, une passante qui arrive derrière moi a tout entendu.

 

C’était puni par la loi du genre super sévère depuis les événements, à égalité avec viol de gamin ou presque.

 

On était à trente mètres de chez moi, ils m’ont facilement retrouvé.

 

Et là mes amis, mes problèmes ont commencé, et des vrais comme on n’en fait plus.  »

 

Amédée Gourd est raciste.

 

Il pense comme il parle.

 

Mal.

 

La société entreprend de le rééduquer.

 

Grinçant par son sujet, ce roman tendre et loufoque met en scène un antihéros comme on en voit si peu dans les livres, et si souvent dans la vie.

 

Une histoire d’amours ratées mais de haine réussie.

 

Une fable humaine, trop humaine.  

Publicités

«Innocence» Eva Ionesco

infos, News, People, press

 

Elle s’appelle Eva, elle est adorable avec ses boucles blondes et ses bras potelés.

 

Une enfant des années 70.

 

Ses parents se séparent très vite.  

 

Dès lors, sa mère l’enferme dans un quotidien pervers et éloigne le père par tous les moyens en le traitant de «  nazi  ».

 

Photographe, elle prend Eva comme modèle érotique dès l’âge de quatre ans, l’oblige à des postures toujours plus suggestives, vend son image à la presse magazine.

 

Emportée dans un monde de fêtes, de déguisements et d’expériences limite, entre féerie et cauchemar, la petite fille ne cesse d’espérer et de réclamer l’absent qui seul pourrait la sauver de son calvaire.

 

Mais sa mère, elle-même fruit d’un inceste, maintient l’enfant-objet sous emprise et attendra deux ans avant de lui annoncer la disparition de son père.

 

Enfin, à l’adolescence, le scandale explose.

 

Comment survivre parmi les mensonges, aux prises avec une telle mère, dans une société qui tolère le pire ?

 

Une seule voie, pour Eva devenue adulte mais restée une petite fille en manque d’amour : mener l’enquête sur son père, tenter de reconstruire ce qui a été détruit.

 

Une expérience vertigineuse.

«Tous les âges me diront bienheureuse» Emmanuelle Caron

infos, News, People, press

Qui est Ilona Serginski  ?

 

Qui est cette vieille femme, que sa petite fille, Eva, croit si bien connaître, et qui vit recluse dans une maison de retraite bretonne  ?

 

Aux portes de la mort, Ilona se met à parler une langue inconnue et réclame un prêtre pour confesser les crimes d’une existence dont il apparaît soudain que personne n’a démêlé les secrets.

 

D’où vient-elle vraiment, quelle est son histoire  ?

 

Pour y répondre, il faudra plonger dans les replis de la tragédie russe et soviétique, et suivre la lignée d’Ilona, depuis les remous de la guerre civile en 1917, jusqu’à aujourd’hui.

 

Traversant tous les âges, Ilona sera tour à tour la fille adorée d’un assassin, l’idole prostituée d’un ogre mafieux et la mère sacrifiée d’une enfant trop brillante.

 

Ce premier roman dévoile le destin d’une femme, emblème de son siècle passionné et violent.