«Le Pays de l’innocence» de Frédéric Mitterrand

« Mon oncle François, entièrement tourné vers l’action et la conquête du pouvoir, a rarement évoqué son enfance.

Elle n’apparaît que par bribes dans les livres qui lui ont été consacrés.

On retient généralement qu’elle fut heureuse et qu’il en retira les ressources indispensables pour mener cette carrière éclatante dont même ses contempteurs les plus acharnés reconnaissent l’obstination et la puissance mystérieuse.

Mon père, son aîné d’un an, évoquait souvent leurs premières années, avec un réel talent de conteur qui faisait revivre une famille inconnue de moi, des histoires anciennes et un cadre de vie provincial et suranné.

En m’appuyant sur le souvenir de ces récits, j’ai cherché à reconstituer l’enfance de François, à partager ses premières affections et ses chagrins, ses émotions et ses ambitions.

J’en ai conçu une profonde nostalgie pour ce pays de l’innocence qui fut celui de sa prime jeunesse. »

Agrémenté d’une centaine de photos inédites, Le Pays de l’innocencereprend, en l’enrichissant, le texte écrit par Frédéric Mitterrand pour son documentaire du même nom, diffusé en 2017 par La Chaîne Parlementaire – Assemblée nationale.

«Une vie de berger» de James Rebanks

«Une vie de berger» de James Rebanksamazon1

Si vous avez une passion toute relative pour les moutons, si la vie de berger ne vous dit rien – ou alors de très loin, du fond de l’enfance ou des profondeurs de l’ennui – ouvrez ce livre d’exception.

Pour la première fois de votre vie, vous allez compter les moutons sans vous endormir.

James Rebanks est berger.

Son père l’était, son grand père avant lui.

Six générations, un troupeau, deux chiens.

« Je suis l’homme le plus heureux du monde.

Quand je me réveille le matin, je sais que je vis à l’endroit où je rêve de vivre, je fais ce que j’ai envie de faire ».

Ce qu’avoue aussi James, dans cette ode à la liberté qu’est Une Vie de berger, c’est le petit moment d’hésitation qu’il a eue, à dix-huit ans.

Pour en avoir le coeur net, il a repris ses études, aller-retour à Oxford, double first en histoire à Magdalen, mais l’appel du fell a été le plus fort.

James utilise Twitter (92 000 followers), se déplace en quad mais vit au rythme simple de la nature et des saisons ; elles constituent les quatre parties de cette histoire d’un homme libre et de ses chiens.

Son livre s’est vendu dans le monde entier.

Premier au Japon, en Allemagne, en Grande-Bretagne…

Le succès ne connaît pas de frontières, les moutons non plus.

Les bergers sont universels, comme l’est l’écriture savoureuse de cette confession unique, différente, rassérénante.

Traduit de l’anglais  par Jean Esch

amazon1

«L’oeil du lézard» Richard Hell

«L'oeil du lézard» Richard Hellamazon1

Chargés par un riche éditeur de convoyer une voiture de San Francisco à New York et de rapporter leurs impressions de voyage, Billy Mud et sa petite amie, Chrissa, s’embarquent dans une odyssée dérisoire.

Billy est un rocker, un junkie. Chrissa est française, elle est photographe et elle n’a pas froid aux yeux.

Comparé aux reportages lyriques de Hunter S. Thompson ou aux romans autobiographiques de Kerouac, L’Œil du lézard est une pure fiction, dont le modèle serait plutôt à chercher du côté du Voyage sentimental de Sterne. Mais le véritable intérêt de ce livre, c’est son héros, Billy Mud, un loser qui nous raconte avec un ton sardonique son trip sous héroïne à travers l’Amérique.

amazon1

«Je couche toute nue» RODIN CLAUDEL

«Je couche toute nue» RODIN CLAUDELamazon1

« Je couche toute nue pour me faire croire que vous êtes là mais quand je me réveille, ce n’est plus la même chose.

Je vous embrasse.

Camille

Surtout ne me trompez plus »

L’histoire est connue pour avoir été cent fois racontée, filmée.

La voici, telle que, brutale, naturelle et poétique.

Les sources seules, sans commentaires ni notes.

Correspondance inédite, journaux intimes, carnets…

Une passion sans détours, racontée comme un roman par ses archives.

Une biographie vraie où une spécialiste de la littérature féminine, Isabelle Mons, et un historien, Didier Le Fur, s’effacent pour laisser place à la musique des sources.

Camille Claudel et Auguste Rodin se rencontrent en 1884. 

Vingt-trois ans les séparent.

Elle est encore mineure et devient l’élève du maître.

Ils vont s’aimer neuf ans, se séparer (1893-1895), se retrouver (1895-1899), se perdre enfin (1900).

Rodin meurt en pleine gloire en 1917.

Camille Claudel est internée en 1913 dans un asile où elle mourra
seule en 1943.

amazon

«Guide du Routard Birmanie (Myanmar) 2017/18»

amazon«Guide du Routard Birmanie (Myanmar) 2017:18»

Voilà un pays étonnant, secret, envoûtant, sans doute l’un des plus beaux du monde.

La Birmanie, c’est une atmosphère, des odeurs, une ambiance de noblesse et de gentillesse, une hospitalité sans défaut.

C’est un sentiment, qui envahit le voyageur et marque pour longtemps sa mémoire.

Vous trouverez dans le routard Birmanie (Myanmar) : une première partie haute en couleur avec des cartes et des photos, pour repérer plus facilement le pays dans son ensemble et nos coups de cœur ; des adresses souvent introuvables ailleurs ; des visites culturelles originales en dehors des sentiers battus ; des infos remises à jour chaque année puis des cartes et plans détaillés. 

Merci à tous les Routards qui partagent nos convictions : Liberté et indépendance d’esprit ; découverte et partage ; sincérité, tolérance et respect des autres !

amazon

«Le poids des ombres» Marie Laberge

«Le poids des ombres» Marie Labergeamazon1

Alors qu’elle ne l’a pas revue depuis sept ans, Diane doit aller identifier le corps de sa mère, Yseult, à la morgue.

Parmi les effets qu’on lui remet, les bagues offertes à Yseult par les hommes qui ont traversé sa vie.

Alors commence la quête de Diane cherchant désespérément un coupable : que la faute ne soit surtout pas la sienne.

Entre la mère et la fille, ce sont deux magnifiques personnages de femmes qui se nuancent chacun au fil du récit et on suit Diane à travers ses errances, colères, violences dans une dérive charnelle qui la submerge autant que ses contradictions.

Comme elle bataille avant d’ouvrir les yeux et de lâcher tout doucement un contrôle qui étouffait sa vie !

Un roman dont le suspense latent est porté par des personnalités fortes, émouvantes, et où on retrouve la narration vive, ciselée de Marie Laberge.

Par l’auteure de la trilogie  Le Goût du bonheur.

amazon1

«Cortex» Ann Scott

«Cortex» Ann Scottamazon

Los Angeles, aujourd’hui.

La cérémonie des Oscars va commencer.

Plus de trois mille personnes dans la salle.

Soudain, une explosion.

Au coeur du chaos, très vite, les rumeurs courent.

Julia Roberts, Steven Spielberg, Al Pacino…

Qui est mort, qui est blessé ?

Dans cet Hollywood qui pleure ses icônes, Angie, une jeune réalisatrice française, Russ, un vieux producteur californien, et Burt, un humoriste new-yorkais, se croisent pendant quelques jours.

Entre amours perdues, sidération et passion du cinéma, chacun se demande : de quoi sera fait le futur, sans tous ces visages familiers qui ont façonné nos rêves ?

«Parlez-moi encore de lui» de Lisa Vignoli

«Parlez-moi encore de lui» de Lisa Vignoliamazon1

Jean-Michel Gravier n’était personne et il était tout.

C’est le paradoxe de ce roi secret d’une époque, confident d’Isabelle Adjani, critique visionnaire du cinéma de Jean-Jacques Beineix, chroniqueur se rêvant écrivain, promeneur de célébrités, entremetteur de talents, fou de femmes et incapable de les aimer, éternel enfant grandi en province et étourdi de la gloire des autres.

Lisa Vignoli n’a pas connu ce journaliste et chroniqueur mort trop tôt, en 1994.

Pas non plus son époque, les années 80.

La nostalgie qui étreint son livre est celle d’une autre génération que la sienne.

Décalée comme Jean-Michel Gravier, passeuse de lumières qui s’éteignent si vite et se rallument parfois, elle s’est plongée dans sa vie comme on le fait dans ce livre doux et fluide, émouvant comme une longue étreinte, pour un dernier feu.

Ultime brasier des vanités.

amazon1

«Maîtresses femmes» de Steinunn Sigurdardóttir

«Maîtresses femmes» de Steinunn Sigurdardóttiramazon1

Lors d’un voyage en France, où elle participe à un congrès, Maria Holm, vulcanologue islandaise à la réputation internationale, croise Gemma.

Contre toute attente, la belle italienne lui fait des avances. Résolument hétérosexuelle, Marie l’éconduit.

Quelques jours plus tard, Gemma surgit à la terrasse du café parisien où Maria prend son petit-déjeuner.

La poursuit-elle ?

Gemma l’intrépide veut-elle la séduire ou a-t-elle d’autres desseins ?

S’en suit un enchainement de conséquences inattendues.

À la croisée de la comédie dramatique et de l’humour noir, Maîtresses femmes propose une exploration cocasse du rôle de la femme dans nos sociétés.

Amours d’enfance, maternité, pouvoir, Steinunn Sigudardóttir, poétique et narquoise, manie son sujet avec une audace virevoltante et une insolence mutine, à l’image de son héroïne.

Née à Reykjavik, Steinunn Sigurdardóttir publie son premier recueil de poésie à dix-neuf ans, suivi d’une dizaine de romans.

Le Voleur de vie (1995), succès de librairie, a été porté à l’écran par Yves Angelo avec Emmanuelle Béart et Sandrine Bonnaire.

Elle a publié en 2008 aux Éditions Héloïse d’Ormesson Le Cheval Soleil, plébiscité par la critique, en 2011 Cent portes battant aux quatre vents et en 2013 Yo-yo.

Après avoir vécu cinq ans à Berlin, elle réside actuellement à Strasbourg.

Elle parle couramment français.

amazon1

«Lâcher prise» de Benoît AYMONIER

En 2012, Benoît Aymonier vit une expérience de lâcher-prise total qui provoque en lui une épiphanie, une prise de conscience soudaine et lumineuse de la nature profonde de la vie.

Ce jour-là, au-delà de toute conception rationnelle et intellectuelle, il fait l’expérience sensorielle de ce qu’est la vie, et prend conscience de ce qu’elle n’est pas.

Il accède à une perception, un savoir fondamental : nous sommes là pour être ce que nous sommes au plus profond de nous-mêmes.

Et nous souffrons lorsque ce que nous vivons est trop éloigné de ce que nous sommes, lorsque nous persistons à être quelqu’un que nous ne sommes pas.

Dans cet ouvrage foisonnant d’exemples, l’auteur donne des clés pour nous aider à nous rapprocher de nous-mêmes.

Il s’agit de cesser de subir notre environnement, les aléas de la vie et nos émotions, pour reprendre la main différemment sur le cours de notre existence.

Des exercices simples et efficaces ponctuent chaque chapitre.

Eckhart Tolle a fait découvrir au monde le pouvoir du moment présent.

Dans ce livre, Benoît Aymonier nous explique de façon claire, pratique et pragmatique pourquoi et comment, par la présence à ce que nous vivons, nous pouvons opérer de profondes et radicales transformations dans nos vies.

Spécialiste en intelligence émotionnelle, Benoît Aymonier propose une démarche simple pour aider chacun à être chaque jour un peu plus ce qu’il est.