Que j’aime Kandia Kouyaté

J’ai croisé la route de la voix de cette immense cantatrice malienne, il y a quelques années, j’avais eu comme cadeau d’anniversaire une compilation de plusieurs musiques traditionnelles de peuples d’Afrique, d’Océanie et des Amériques.

Je me souviens que j’avais beaucoup apprécié la chanson « Hommage », tellement son timbre de voix et ses envolées lyriques étaient somptueux.  

Une foule en totale admiration, à chaque passage, à chaque concert.

Un nombre incalculable de personnes subjuguées, impressionnées, en transe, en pleurs, souriant de joie, autant d’émotions signifiant une sorte de reconnaissance ou pour tout simplement dire : « Je t’aime » à l’immense cantatrice.

Elle enchaine concert sur concert dans le monde, partage la scène avec les plus grands noms de la musique.

Et puis un jour, le noir total, une sorte d’angoisse frénétique qui annonce la fin.

Un petit aparté

… Et là, le vent se lève, les prières du sud et les espoirs de l’artiste se propagent dans le monde.

Miracle ?

Qui y crut ?

La cantatrice est bien de retour après une rude bataille contre les ténèbres.

Ah ça, une vraie bataille contre la paralysie générale.

Au sommet de son art en 2004, Kandia Kouyaté est victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC).

Rester en vie était certainement son seul objectif du moment !

Finalement, quelle belle leçon de vie !

De nouveau, avec son nouvel album, sa voix résonne dans les oreilles.

Son art du chant poétique n’est pas perdu, même si elle ne pousse plus très haut, comme avant, elle y va quand même et son courage ne peut qu’être apprécié !

Le retour d’une légende de la musique malienne, et africaine.

PS : Je ne puis parler de cette grande dame sans une pieuse pensée à l’endroit de feu Ibrahim Sylla, qui par son label, Sylla Records, a permis aux différentes sonorités africaines et d’ailleurs d’être exportées dans le monde.

On se souviendra de sa collaboration avec Salif Keita, du premier album d’Oumou Sangaré, de Baaba Maal, Pepe Kalle, Tshala Muana, etc.

Il a en son temps et à son niveau révolutionné cette époque africaine, où les chants traditionnels n’étaient qu’oraux, en permettant qu’ils soient enregistrés, puis diffusés, ils ne pourront dorénavant plus disparaître…  

Publicités
Sommaire
Date
Article examiné
Le cri d’espoir de Kandia Kouyaté
LE QUOTIDIEN JULIA
51star1star1star1star1star

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.