Une maison sur l’océan, Beatriz WILLIAMS

 

 

 

 

 

Des tensions de l’Europe en guerre à l’Amérique jazzy des sixties,
Beatriz Williams livre un final palpitant, une magnifique histoire d’amitié et de passion, pour ponctuer la trilogie des sœurs Schuyler. 

À l’automne 1966, l’intrépide Pepper Schuyler est dans les ennuis jusqu’au cou : non seulement la belle est enceinte de son ex-patron, politicien influent qui la pourchasse à travers le pays, mais elle se retrouve seule et sans ressources.

Son unique bien : une Mercedes de collection, qu’elle vient de vendre pour une coquette somme à une mystérieuse acquéreuse,

Annabelle Dommerich.

Il faut dire que cette célèbre violoncelliste française attache une valeur sentimentale particulière à ce véhicule.

 

Elle seule connaît l’histoire de cette voiture, de sa course éperdue à travers l’Allemagne nazie jusqu’à son arrivée en Amérique.

 

Et le destin des deux amants en fuite qu’elle abritait…

 

Alors qu’Annabelle décide de prendre Pepper sous son aile et lui offre un refuge sur une plage déserte de Floride, les deux femmes se livrent peu à peu leurs secrets.

 

Ensemble, parviendront-elles à affronter les zones d’ombre de leur passé ?

Beatriz Williams s’est fait connaître avec L’Été du cyclone (2015 ; Pocket, 2016), best-seller outre-Atlantique.

 

Après La Vie secrète de Violet Grant (2016 ;

Pocket, 2017) et Les Lumières de Cape Cod (2017 ; Pocket, 2018),

Une maison sur l’océan clôt la trilogie des sœurs Schuyler.

 

Beatriz Williams vit dans le Connecticut, avec son époux et leurs quatre enfants.

Sommaire
Date
Article examiné
Une maison sur l'océan, Beatriz WILLIAMS
LE QUOTIDIEN JULIA
51star1star1star1star1star
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.