L’étrange univers du schizophrène, Sophie Chrizen

 

 

 

 

 

 

Sophie Chrizen est l’anagramme de schizophrénie.
A la suivre attentivement pendant les vingt ans qu’elle a mis à guérir de sa schizophrénie, on n’aurait pu qu’ être frappé par la relation extravagante qu’elle entretenait avec sa psychiatre.
Ce personnage de roman, à la double personnalité, va se croire tour à tour la malade et la soignante.
Ce dialogue avec cet autre moi, elle s’y investira à tel point qu’elle expliquera plus tard que c’est elle qui a analysé la psychiatre et que c’est ainsi qu’elle s’est guérie.
On l’accompagnera dans son parcours sinueux.
Elle y craindra lors d’une promenade en famille que ses parents ne la mène à Auschwitz, elle avalera avec résignation et colère des pilules dont les effets secondaires s’avéreront désastreux et jettera un regard ironique sur ce voyage au bord de la folie.

Née à Cannes en 1977 dans l’amour et la joie, l’auteur est cadette d’une fratrie de trois.
A 17 ans, quand la maladie se manifeste, elle est étudiante en biologie.
Ce handicap qu’on ne nomme pas tant il est méconnu et décrié, la poussera à interrompre son cursus ; mais c’est son acharnement à guérir qui lui permettra de poursuivre de hautes études.
Déçue par la psychiatrie, elle poursuit en parallèle d’autres voies prometteuses vers la rémission.
Aujourd’hui marraine de jeunes en souffrance, elle les aide à retrouver leur chemin vers eux même.
Sommaire
Date
Article examiné
L'étrange univers du schizophrène, Sophie Chrizen
LE QUOTIDIEN JULIA
51star1star1star1star1star
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.