Wu, Glass Museum

anzh_GlassMuseumDeux--1.jpg
Glass Museum

1er Ep Deux

Sortie le chez JauneOrange / [PIAS]

Basé à Tournai en Belgique, le duo instrumental Glass Museum se compose du pianiste Antoine Flipo (Uncle Waldo, Gustave Brass Band) et du batteur Martin Grégoire (Perils Of Penelope, Rince-Doigt).

Ils sortent aujourd’hui un premier Ep qu’ils ont appelé Deux, comme l’alliance et la symbiose qui unit ces deux musiciens virtuoses.

Influencé par des artistes de jazz moderne comme GoGo Penguin, BadBadNotGood autant que par la musique électronique de Jon Hopkins et Floating Points, le duo Glass Museum tisse une musique à la fois dynamique, lyrique, et mélancolique, emmenant l’auditeur dans un univers fragile où piano et batterie s’entrechoquent avec autant de grâce que d’énergie.

Glass Museum redéfinit l’expérience live et démontre le pouvoir émotionnel de la musique instrumentale en associant maîtrise technique et plaisir pur du jeu.

« Deux » pousse donc la dualité du combat piano-batterie dans ses retranchements.

On peut découvrir la magie et l’originalité de Glass Museum avec l’extrait Wu extrait du Ep "Deux".

Pour regarder et écouter le clip de Wu :
https://youtu.be/ZuLBc4M0na4

anzh_glassmuseumwu2--2.jpg
Glass Museum comprend deux musiciens miroirs l’un de l’autre, qui revisitent le couple piano/batterie…

Une dualité parfaite où une rythmique, entre grâce et syncope, s’entrelace et bondit, s’ouvre à des éclosions mélodiques.

Glass Museum s’est développé dans la complémentarité et la confiance.

A leurs débuts, ne comptant que sur eux-mêmes, Martin Grégoire et Antoine Flipo ont construit, avec force et singularité, un univers en combinaisons entre jazz et électronique.

Deux ans après leurs débuts, une cinquantaine de concerts, plusieurs prix et distinctions plus tard, Glass Museum écrit aujourd’hui une première page concrète et profonde avec un disque : « Deux ».

Enregistré au Rubens Studio, ces six titres retracent l’histoire musicale du groupe et ouvrent un sillon riche et prometteur.

Infusé des influences du jazz moderne de Gogo Penguin et de BadBadnotGood, mais aussi des sonorités plus électroniques de Jon Hopkins ou Floating Points, "Deux" rend également hommage aux origines classiques d’Antoine et au passé rock de Martin.

Le duo transpose sur scène cet alliage rare de deux matières vivantes, élevant et révélant les titres précis et chirurgicaux de « Deux ».

Soutenue par des improvisations dans la tradition jazz, leur interprétation captive.

Glass Museum redéfinit l’expérience live et démontre le pouvoir émotionnel de la musique instrumentale en associant maîtrise technique et plaisir pur du jeu.

« Deux » pousse donc la dualité du combat piano-batterie dans ses retranchements.

Le disque est un objet vivant, solaire, brut, précis et rare.

Convaincus qu’il y a au moins deux versions d’un même récit, les Glass Museum ont invités six remixeurs a prendre possession de leurs titres.

Epaulé par des producteurs tels que Haring, Sun Glitters, DC Salas ou Monolithe Noir, le duo a fait de "Deux" le mariage moderne ultime entre la plus pure tradition du jazz, un son orchestral et la mathématique de l’électronique.

anzh_Glassmuseum4--1.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.