La bête à sa mère, David Goudreault

La bête à sa mère, David Goudreault.

 

 

 

 

 

 

 

La bête à sa mère.

Ma mère se suicidait souvent.

Ainsi commence la confession d’un jeune adulte, qui ne se remet pas de la séparation d’avec sa mère, survenue en bas âge.

Ses propos vibrent d’une rage contre ceux qui la lui ont arrachée.

Sa mère devient sa véritable obsession, il pense l’avoir localisée à Sherbrooke.

Mais saura-t-il se faire accepter par celle qu’il a tant idéalisée ?

D’où vient que le récit de cet homme manipulateur, sans pitié, accro aux jeux et à la pornographie, touche profondément le lecteur ?

David Goudreault, grâce à son écriture inventive et colorée d’un humour mordant, sait partager l’empathie poétique qu’il a pour son protagoniste.

On s’émeut des observations et pensées bancales du marginal, on rit de ses références littéraires approximatives lorsqu’il cite à tour de bras Platon, Shakespeare ou Coluche…

Ce magnifique premier roman révèle un monde dur, qui abandonne à lui-même un jeune homme avec lequel il n’a jamais su communiquer.

Un anti-héros dont la bruyante solitude nous bouleverse.

Prix des nouvelles voix de la littérature.

Grand Prix littéraire Archambault.

Présélection du Prix France-Québec.

Finaliste au Prix Ringuet de l’Académie des lettres du Québec.

Publicités
Sommaire
Date
Article examiné
La bête à sa mère, David Goudreault
LE QUOTIDIEN JULIA
41star1star1star1stargray

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.