Les jeunes gens, Enquête sur la promotion Senghor, Mathieu Larnaudie

Brillant diplômé de la promotion Senghor de l’ENA (2002-2004), Boris Vallaud lançait en guise de plaisanterie, quand on lui faisait remarquer que ses camarades et lui avaient investi à une vitesse éclair les sommets de la République  :

«  N’exagérons rien.

J’ai 38 ans.

À cet âge, Napoléon était déjà empereur…  »

Il ne savait pas encore qu’à tout juste 39 ans,

Emmanuel Macron deviendrait chef de l’Etat, et ferait de la cour Napoléon du Louvre le lieu de son couronnement.

Depuis lors, la classe Senghor est associée au nom du plus jeune président de la Vème République.

Emmanuel Macron est-il le fruit très exceptionnel d’une cuvée comme une autre de l’école du pouvoir ?

Ou bien tout le millésime a-t-il quelque chose d’unique  ?

Que nous dit son histoire sur l’évolution de l’ENA, institution parfois décriée mais considérée comme le fleuron de la République, le creuset de son élite  ?

Vite présents dans les cabinets ministériels, à l’Elysée, dans les ambassades, au directoire des banques et des grandes entreprises, ses élèves ont-ils eu des parcours originaux, novateurs, étonnants  ?

Mathieu Larnaudie a rencontré près de trente  «  Senghor  ».

Il raconte leurs parcours, leur vision de l’école, explique les ressorts de leur ambition, la façon dont elles et ils ont élaboré leurs carrières.

À travers ce dynamique et souvent sympathique club de jeunes gens, se dessine la fabrication d’un réseau de pouvoir dont l’aura est cardinale dans l’imaginaire politique français.

Avec, entre autres, Gaspard Gantzer, Boris Vallaud, Sébastien Veil, Mathias Vicherat, Marguerite Bérard-Andrieu, Sébastien Proto…

Sommaire
Date
Article examiné
Les jeunes gens, Enquête sur la promotion Senghor, Mathieu Larnaudie
LE QUOTIDIEN JULIA
41star1star1star1stargray
Publicités

Laisser un commentaire