Publicités
Skip to content

«Même Dieu ne veut pas s’en mêler» Annick Kayitesi-Jozan

meme dieu ne veut pasamazon11

« Aucun d’eux ne m’a dit où était maman.

J’accepte que jamais maman n’aura de sépulture, et je comprends que jamais je ne serai en paix.

Maman savait qu’elle allait mourir.

Mais elle ne savait pas qu’elle serait jetée aux charognards.

Je me dois d’être sa tombe, aussi longtemps que ses os traîneront quelque part sur ces collines.

Vivante, elle m’a portée dans son ventre, elle m’a nourrie de son sein, elle m’a portée sur son dos, elle m’a aimée.

Morte, je la porterai, dans mon ventre, sur mon dos.

Partout, tout le temps. »

A K-J

En kinyarwanda, « au-revoir » se dit : « Prends soin de survivre à la journée ».

Annick Kayitesi-Jozan a survécu au génocide des Tutsis en 1994, au Rwanda.

Elle avait 14 ans.

Sa mère, son petit frère, une grande partie de sa famille ont été massacrés.

Réfugiée en France, elle apprend au qutodien à vivre avec les morts, et avec les siens.

Désormais, elle doit répondre aux questions de ses enfants.

Alors, elle se souvient.

Elle remonte le temps jusqu’à la cuisine pleine de suie où, pendant les tueries, elle sert de bonne aux voisins qui viennent de dénoncer sa mère.

Hantée, Annick Kayitesi-Jozan fait converser les bourreaux et les victimes, se télescoper les naissances et les disparitions, la mémoire et le présent.

Sa voix singulière est portée par une écriture intime, poétique et poignante.

Annick Kayitesi-Jozan a demandé et obtenu la nationalité française en 1996.

Son rêve, étudier la médecine comme son père.

Finalement ce seront les sciences politiques et la psychologie.

Soucieuse de préserver la mémoire des siens, Annick se bat contre l’oubli, contre la banalisation du génocide des Tutsis et des crimes contre l’humanité.

Publicités

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :