«ÊTRE, TELLEMENT» Jean-Luc MARTY

 

Dans un village de pêcheurs du Nordeste brésilien, Antoine Delacourt attend Everton qui le guidera dans le Sertão, une région de l’intérieur du pays.

Rescapé d’un tremblement de terre en Asie, Antoine ne se défait pas des morts, de leurs regards…

Une fin d’après-midi, il aperçoit une femme sur la dune, côté mer de la maison.

Louise Fabre n’a pas rejoint son fils et son mari à São Paulo.

Simple fugue ?

Rupture ?

Quant à Everton Dos Santos, il espère de ce travail de guide qu’il sauve sa famille de la faim.

A priori, rien ne relie ces trois personnages qui se retrouveront, à bord d’un pick-up, à traverser une terre vouée à la malédiction des sécheresses.

Dans Être, tellement, se révèlent des deuils inattendus, le mystère amoureux, mais aussi la mémoire tragique du Sertão.

Un roman qui libère, dans un même souffle littéraire, le difficile mouvement vers l’Autre et la renaissance des êtres à eux-mêmes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s