«Sous l’aile du concombre» Henri Girard

sous laile du concombre

Bouton-Acheter-FR

Les célibataires contre les hommes mariés, a-t-on idée ?

Quelle mouche a donc piqué Hubert d’accepter ce match au village ?

Lui, quadragénaire hypocondriaque, consultant en ressources humaines et… bancal du sentiment.

Mais on ne se méfie jamais assez lorsqu’on se retrouve à la merci d’une nièce astucieuse et aux bons soins d’un ami moins débonnaire qu’il n’en a l’air… 

Car Hubert aime, mal, et ne sait le dire.

Quelle plus belle phrase, pourtant, que « Je t’aime » ?…

Mais on oublie parfois de la prononcer, par peur, pudeur ou négligence, et l’on passe alors à coté de l’essentiel : ceux qui nous sont chers et à qui on n’a as su le aire comprendre…

À côté quelquefois de sa propre vie aussi… 

Sous l’aile du Concombre, on rit, on pleure…

Mais au moment de dire « je t’aime », on se souviendra de cette leçon de vie. 

Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

amazon1

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.