Publicités
Skip to content

«Je suis le chat et l’heure est venue de dire ma liberté» de Birba

Je suis le chat et l'heure est venue de dire ma liberté

Bouton-Acheter-FR

Après le succès de l’Art d’être chat. 24 très riches heures de ma vie, ce nouveau livret précieux d’inspiration Art déco cette fois aborde sans tabou la volonté libre et l’indépendance féline : un traité d éthologie et de liberté déployé en 24 magnifiques planches.
Robe écaille-de-tortue, regard de reptile, aussi impertinente qu’agaçante, la chatte Birba est une collaboratrice free lance d’Officina Libraria, dans ce sens que c’est toujours elle qui décide comment, quand et pourquoi en général parce qu’elle a faim entrer ou sortir du bureau.
Son esprit insoumis se sent plutôt entravé derrière les murs étriqués de l’accueillante maison qu’elle partage avec Padamu : mais elle s’est laissée portraiturer sur le vif par Jack Tow qui, durant l’une de ses journées exemplaires, a suivi l’entreprenante exploratrice dans ses incursions nocturnes et l’a débusquée de jour dans chacune de ses cachettes, captant, heure par heure, de son crayon mordant la singularité de ses expressions les plus pénétrantes.
Chaque situation, croquée dans les couleurs de feu de cette personnalité incandescente, est commentée par Birba elle-même.
Ses considérations ont été traduites du miaou en italien par Paola Gallerani qui, grâce à une connaissance approfondie de l’intéressée et de son idiome bien structuré, nous en livre un condensé d’irrévérence et d’effronterie.
Dans ce livre d’heures aux accents de pamphlet libre-penseur, résonne un écho (mais « félinement » détourné) à la voix du grand Martin Luther King : « Ma liberté commence, là où s’achève la vôtre »

 
Birba, soeur autoproclamée de Padamu (elle a abandonné sa famille d origine pour s’installer avec lui), est l âme libre et indépendante d Officina Libraria.
Élevée avec deux molosses, dont elle a acquis quelques-uns de ses comportements de chien (du genre se faire ouvrir le portail plutôt que de se glisser à travers les barreaux) elle est parfaitement à son aise que ce soit dans la vie sauvage du quartier ou parmi les écrivains au bureau, entendez par là son inépuisable réserve à croquettes et le havre idéal pour le roupillon qui suit inmanquablement toute incursion dans le jardin à la chasse aux lézards. Son regard hypnotique et ses miaou péremptoires lui ouvrent les portes de toutes les maisons, de tous les bureaux, de tous les coeurs.
amazon1
Publicités

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :