Publicités
Skip to content

«Pour celle qui est assise dans le noir à m’attendre» António LOBO ANTUNES

pour celle assise dans le noir a m attendreamazon1

Recluse dans un appartement de Lisbonne, confiée par le neveu de son mari défunt aux soins d’une employée de maison, une vieille actrice vit ses dernières heures.

Celle qui a fait une carrière modeste sur les planches sent progressivement la parole se refuser à elle.

Les souvenirs ressurgissent : des moments savoureux alternent avec d’autres plus sombres, António Lobo Antunes tisse une infinité de fils passant d’une personne à l’autre, d’une époque à l’autre, d’un narrateur à l’autre avec une liberté effrontée, sans jamais perdre son humour.

Tous ses personnages pourraient reprendre à leur compte cette confidence de l’un d’entre eux : « Si au moins quelqu’un voulait bien me prendre dans ses bras, me faire sentir qu’il y a une place pour moi dans ce monde.

 » Lire la prose du plus grand écrivain portugais – qui est aussi l’un des écrivains majeurs de son temps -, est une expérience rare, dérangeante et captivante à la fois. Comme un rêve éveillé. Comme entrer dans les ténèbres de Faulkner ou de Virginia Woolf.  » Bruno Corty, Le Figaro

amazon1

Publicités

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :