«Maîtresses femmes» de Steinunn Sigurdardóttir

«Maîtresses femmes» de Steinunn Sigurdardóttiramazon1

Lors d’un voyage en France, où elle participe à un congrès, Maria Holm, vulcanologue islandaise à la réputation internationale, croise Gemma.

Contre toute attente, la belle italienne lui fait des avances. Résolument hétérosexuelle, Marie l’éconduit.

Quelques jours plus tard, Gemma surgit à la terrasse du café parisien où Maria prend son petit-déjeuner.

La poursuit-elle ?

Gemma l’intrépide veut-elle la séduire ou a-t-elle d’autres desseins ?

S’en suit un enchainement de conséquences inattendues.

À la croisée de la comédie dramatique et de l’humour noir, Maîtresses femmes propose une exploration cocasse du rôle de la femme dans nos sociétés.

Amours d’enfance, maternité, pouvoir, Steinunn Sigudardóttir, poétique et narquoise, manie son sujet avec une audace virevoltante et une insolence mutine, à l’image de son héroïne.

Née à Reykjavik, Steinunn Sigurdardóttir publie son premier recueil de poésie à dix-neuf ans, suivi d’une dizaine de romans.

Le Voleur de vie (1995), succès de librairie, a été porté à l’écran par Yves Angelo avec Emmanuelle Béart et Sandrine Bonnaire.

Elle a publié en 2008 aux Éditions Héloïse d’Ormesson Le Cheval Soleil, plébiscité par la critique, en 2011 Cent portes battant aux quatre vents et en 2013 Yo-yo.

Après avoir vécu cinq ans à Berlin, elle réside actuellement à Strasbourg.

Elle parle couramment français.

amazon1

Publicités

Laisser un commentaire