Publicités
Skip to content

«Silencieuse» de Michele Gazier

 

Saint-Julien-des-Sources, six cents habitants, son bistrot, sa supérette, ses potins.

Deux étrangers installés à ses marges.

L’un, Hans Glawe, peintre et sculpteur allemand célèbre dont l’œuvre hurle la violence de l’Histoire ; l’autre, Louis, dit le Blondin, aux allures de vieil hippie brûlé par la vie, et que la jeune caissière de la supérette rejoint en douce la nuit.

De la fenêtre de son bureau où il écrit une étude sur Glawe, Claude Ribaute, sociologue à la retraite et dernier fils d’une famille du cru, observe sans s’y mêler le quotidien du village.

Et, rayon de soleil pâle dans la monotonie des jours, Valentina, une petite fille qui ne parle pas, arrive avec sa mère et bouscule à sa manière l’ordre établi.

L’étrange silence de l’enfant fait écho aux violents silences du passé. Ici, le silence crie.

Auteur de nombreux romans, dont la plupart sont publiés au Seuil, Michèle Gazier a longtemps tenu la chronique littéraire de Télérama.

Elle a également aidé à la découverte de grands écrivains espagnols, en traduisant des auteurs tels que Manuel Vázquez Montalbán ou Juan Marsé.

amazon

Publicités

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :