Publicités
Skip to content

«La nuit pour adresse» de Maud Simonnot

de Simonnot Maud amazon

Robert McAlmon avait tout pour devenir une légende.

Marié à la fille de l’homme le plus riche d’Angleterre, parrain des Américains expatriés à Paris, cet écrivain surdoué fut l’ami de Kiki, de Man Ray, d’Aragon, l’amant de Nancy Cunard et de John Glassco.

Dans le tourbillon des années 1920, il était le centre des nuits de Montparnasse, celui auquel on faisait appel pour sortir un artiste de prison, trouver de la drogue ou organiser un kidnapping. 

Soutien inestimable pour Joyce et Gertrude Stein, McAlmon fut aussi le premier éditeur de Hemingway, à qui il fit découvrir l’Espagne.

Leur amitié virile rapidement transformée en rivalité allait cristalliser la mélancolie de cet éternel vagabond. 

En suivant les pas de son héros, Maud Simonnot nous entraîne dans l’envers du décor de la Génération Perdue au fil d’un récit vif, émouvant, qui redonne sa place à Robert McAlmon et tente d’élucider le mystère de son effacement.

Publicités

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :