Publicités
Skip to content

«Si tu vois ma mère» de Marc Villard

si-tu-vois-ma-mere-de-marc-villard

Dans les rues de l’Amérique, le jazz souffle la vie.

La mort aussi, camouflée sur une terre sans pardon.

Des polaroids surgissent : Miles Davis plante sa Lamborghini à New York, une gamine de race blanche traverse les émeutes de South Central, Billie Holyday s’éteint à Harlem, cernée par les rapaces, Monk pianote dans sa tête au cours d’un cambriolage, Chet Baker cède une trompette au fils d’un garagiste italien, Rosa Parks ne sait pas qu’un futur grand du jazz est assis dans son bus et Pepper fout la merde dès son retour à Los Angeles. 

Les 16 nouvelles rassemblées dans ce volume dressent le décor fictionnel d’une musique qui troue la tête à bon nombre de fidèles dans le monde.

Ce regard porté sur l’univers du jazz reste noir mais l’empathie affleure. Et ce regard nous dit que les musiciens auront toujours raison.

 

Marc Villard a écrit pour  Jazzman et a publié plus de 500 nouvelles à ce jour. Dans un même esprit musical, on peut lire  Sharon Tate ne verra pas Altamont et  Harmonicas et chiens fous, parus dans la même collection. 
Il a également écrit de nombreux romans et nouvelles noirs qui s’inspirent de la musique chez Rivages ou chez Gallimard. 
Il a été cité par le  Magazine Littéraire parmi les cinquante auteurs de polars  » qui comptent le plus au monde « .

amazon

Publicités

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :