«Un escargot tout chaud» d’Isabelle Mergault

 

« La caisse, ou je te bute !

― Eh bien, butez, Monsieur. »

Ce jour-là, le braqueur aurait mieux fait de pousser la porte d’une autre bijouterie.

Menaces, ultimatum ou revolver sur la tempe, aucune des six personnes qui se trouvent dans la bijouterie de Rose ne semble impressionnée.

Amour, famille, enfants, ils ont tout raté.

Alors vous pensez, un braquage !… 

Une fantaisie navigant entre l’émotion et le rire où les Marx Brothers auraient croisé Woody Allen.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s