Publicités
Skip to content

«Les âmes amies» de Jean Capdeville

1507-1

Une bourgade du pourtour bordelais où de mini-factions s’agitent sous le soleil aquitain.

Trois jeunes demoiselles : Claire, Ida et Laure, s’ingénient à trouver un époux pour l’arracher à sa lamentable solitude. Un homme actif et surtout pas un cancre. On subit les désirs charnels en pleine conscience et sans trop les évoquer. Avec la chair en ébullition, l’âme reste la grande oubliée. Une exception : Claire, dont la foi la soutient, l’éclaire et l’élève. Les multiples vicissitudes qu’elle subit deviennent un tremplin vers l’éternité. La fin de son existence terrestre lui apparaît comme un triomphe. Elle peine à convaincre ses amies et souffre de leur indifférence. Ida, la plus chère à son cœur, gorgée de fausse sentimentalité, échoue dans toutes ses tentatives d’évasion, comme interdite d’hyménée. Laure est comblée, coincée par sa réussite matérielle, elle ironise sur ses deux amies.

À notre jugement, une seule de ces graines jetées par un semeur anonyme, la meilleure, refleurira bien vite dans le jardin d’Éden.

Publicités

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :