Publicités
Skip to content

«Cristina Rivera Garza – Une écriture-mouvement» de Cecile Quintana

cristina-rivera-garza-9782753550636_0La notion d’écriture-mouvement nous invite à saisir la singularité de l’oeuvre de la Mexicaine Cristina Rivera Garza dans son processus d’engendrement. L’illusion que ses ouvres réfléchissent le geste de l’écriture sous-tend toutes les ramifications transgénériques (poésie, nouvelles, romans, récits, essais, critique littéraire, articles), interdisciplinaires (histoire, littérature, sociologie) et, à l’occasion, bilingues (espagnol, anglais), de son dispositif littéraire. 
L’écriture est chez elle ce fait perturbateur décrit par Luisa Valenzuela, qui déconstruit les repères et en établit d’autres, au point de devenir « l’autre par excellence ». Bien que son écriture soit « autre », intrépide et inclassable, elle trouve pleinement sa place au sein de la génération d’auteurs hispano- américains de ces quinze dernières années, que l’ouvrage Palabra de América, publié en 2004 par Seix Barrai, a voulu révéler à l’issue de la Première Rencontre des écrivains latino-américains de Séville au mois de juin 1003. 
Cristina Rivera Garza était la seule femme à figurer aux côtés de Rodrigo Fresàn, Gonzalo Garces, Mario Mendoza, lorge Volpi, Roberto Bolano, Edmundo Paz Solrfàn et de quelques autres belles plumes visant à faire un état des lieux de la littérature hispano-américaine actuelle. Quoique difficile à situer, Cristina Rivera Garza n’est en rupture ni avec ses congénères, ni avec son temps, ni avec sa culture. 
Son ouvre, tout aussi poétique que politique et qui, à chaque livre, semble proposer une réécriture d’elle-même, est une ouvre du présent qui nous détourne du réel pour mieux nous en parler. Le mouvement de son écriture qui nous mène du corps au langage révèle la nature et la conscience de tout acte de création littéraire vu, avant tout, comme la transmutation irréductible du moindre événement en langage.

Publicités

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :