Publicités
Skip to content

«Riquet à la Houppe» d’Amélie Nothomb de l’Académie royale de Belgique

Ce livre s’ouvre sur une scène qui ressemble à celle de « Délivrances », du prix Nobel de littérature, Toni Morrison. 

riquet-a-la-houppeDans le Toni Morrison, une femme mulâtre accouche d’un enfant noir, et cela l’horrifie. Dans le nouveau Nothomb, Énide apprend qu’elle est enceinte de six mois. À l’accouchement, le narrateur nous dit ceci :

« Quand les parents découvrirent le bébé, ils changèrent brutalement d’univers. On eût dit un nouveau-né vieillard : fripé de partout, les yeux à peine ouverts, la bouche rentrée – il était repoussant. Pétrifiée, Enide eut du mal à retrouver assez de voix pour demander au médecin si son fils était normal ».

Aussi improbable que cela puisse paraitre, les mots d’Enide surprennent. Elle dit de son enfant : 

« Enfin docteur, il est horrible ».

La réponse du médecin est à mourir de rire. Il essaye, comme il peut, de réconforter sa patiente. Il lui dit : 

« Vous savez, personne n’ose le dire, mais les bébés sont presque toujours laids. Je vous assure que celui-ci me fait bonne impression ».

Que c’est délicieux de lire du Nothomb. Dans ce nouveau roman/conte, il est question d’amour, de rejet, d’apparence, de rencontre inimaginable, etc. Après Le Crime du comte Neville, l’année dernière, Riquet à la Houppe a raison de son succès, c’est un petit bijou. Sans hésitation, je le recommande.

Extraits :

« Ce que l’oiseau nous apprend, c’est que l’on peut être libre pour de bon, mais que c’est difficile et anxiogène. Ce n’est pas pour rien que cette espèce est toujours sur le qui-vive : la liberté, c’est angoissant. Contrairement à nous, l’oiseau accepte l’angoisse. »

« En vérité, on ne comprenait pas ce qui attirait les garçons. Les filles qui leur plaisaient n’étaient ni les plus jolies, ni les plus intelligentes, ni les plus aimables. Ce n’était pas forcément non plus celles qui couchaient. Il s’agissait de celles qui paraissaient avoir « quelque chose », soit qu’elles l’aient vraiment, soit qu’elles en donnent les signes. »

L’agenda :

16 décembre  – dédicace à la librairie Les Cyclades à Saint-Cloud

21 décembre à Paris – dédicace à la librairie Galeries Lafayette Haussmann à 

18 janvier 2017 à Nantes – Dédicace à la librairie Coiffard

01 février 2017  à Bourges – dédicace au Cercle de Lecture.

L’auteur :amelie_nothomb_02828_g-garitan

Depuis 1992 et Hygiène de l’assassin, tous les livres d’Amélie Nothomb ont été publiés aux éditions Albin Michel. Elle a reçu, entre autres, le prix Chardonne, le Grand prix du roman de l’Académie française, le prix de Flore, et le Grand prix Jean Giono pour l’ensemble de son œuvre. 
Ses œuvres sont traduites dans 40 langues, des U.S.A. au Japon. 

Publicités

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :