Publicités
Skip to content

«Un enfant plein d’angoisse et très sage» de Stéphane Hoffmann

Stéphane Hoffmann est l’un des grands écrivains français contemporains. Parler de son livre n’est jamais facile puisqu’il est, en plus d’être écrivain, un excellent critique littéraire. 

51ejg2cqlylMais bon, je me lance…

L’ouvrage s’ouvre avec cette phrase :

« Le jour où maman est partie, on me prévient que j’irai passer quelques jours chez ma grand-mère ».

Quelques lignes plus tard, on lit ceci :

« Je n’aime pas ma grand-mère parce que je n’aime personne. Je suis un sauvage, on me le dit tout le temps. Un ours. Un asocial. Un solitaire. Un cas. C’est pour ça qu’on m’apprécie, parait-il. Mais je ne veux pas qu’on m’apprécie. Je veux qu’on me foute la paix ».

Lorsque le jeune Antoine, personnage principal du roman, est sur la route pour rejoindre sa grand-mère à Chamonix, on lit ceci :

« Germain aime conduire lentement. On dirait qu’il se dandine. Qu’il transporte la reine d’Angleterre. Ça bloque les routes, mais personne n’ose klaxonner une Rolls bleu glacier. Comme on ne peut pas doubler avant l’autoroute, les gens attendent. Au début, ça m’amusait de regarder leurs têtes. Plus maintenant. Encore une heure de route. Je m’endors en pensant à maman ».

Antoine arrive chez sa grande mère. On lit ceci :

« Les chiens se sont approchés, mais ils n’aboient plus. Ils ont des mœurs de chats. Et puis, comment en placer une lorsque grand-mère parle ? Même eux ont renoncé. »

Que j’ai ri en lisant ce livre ! Que j’ai apprécié la manière qu’à l’auteur, par son écriture, de nous faire vivre les scènes ! Que dire de plus sur cette œuvre, à part avouer que je me suis délecté et vous en souhaiter autant ?  

Publicités

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :