Waouh, qu’il est bon !!!

Dès que l’on ouvre le livre et que l’on commence à lire le premier paragraphe, on se dit que c’est fou, mais que c’est bon.

« Quand j’étais sage au supermarché, j’avais droit à un Yoo-Hoo, du lait au chocolat. Quand j’étais super sage, j’avais le droit de voir les homards. Ce jour-là, j’avais été super sage ».

Ah ah ah, elle aime tellement les homards qu’elle s’est teinté les cheveux en rouge vif : 

« Papa disait que mes cheveux étaient rouge homard. Ma mère répliquait qu’ils étaient plutôt rouge communiste ».

Ce livre est tellement drôle. La naïveté des situations est parfois exquise, nous sommes à la frontière entre la schizophrénie et la réalité. J’aime le ton et les mots qui ont été choisis pour nous constituer ce chef-d’œuvre.

Dans un supermarché, pendant que sa mère fait les courses, Alex, la jeune enfant, observe les homards dans un aquarium, quand soudain un jeune de son âge, qui porte des lunettes, s’approche :

« J’ai aperçu le reflet de Yeux-Bleus avant qu’il ouvre la bouche. De gros yeux bleus. Comme des myrtilles. Non, trop sombre. Comme la mer. Trop verte. Bleus comme tous mes crayons de couleur bleus mélangés. ».

Au cours de la conversation, le jeune inconnu lui dit : « Tu sens le citron », et elle lui répond : « Tu pues le poisson ». Après cet échange un peu loufoque avec Yeux-Bleus, elle attrape les mains de cet inconnu et lui dit : « Tu veux qu’on soit amis ? ». Ensemble, les deux enfants devenaient amis sur le coup, sans même savoir comment l’autre s’appelait. C’est vraiment la magie de l’enfance, cette innocence est tout simplement majestueuse. Comme je disais tantôt, les deux jeunes enfants décidèrent de donner la liberté… « J’en ai attrapé un autre. Puis un autre. Encore un autre. Et bientôt, tous les homards de l’aquarium se sont mis à ramper sur le sol du supermarché. Je ne savais pas où ils allaient, mais eux semblaient avoir une idée précise » ; « Et les hurlements ont commencé. Des mains ont agrippé mes bras et m’ont mise brutalement sur pied. Ma mère me criait dessus tout en m’éloignant de l’aquarium »… JE VOUS INVITE TOUS À DÉCOUVRIR CE MAGNIFIQUE ROMAN. 

Publicités

Rédigé par Michel Tagne Foko

Chroniqueur, écrivain, éditeur. Membre de la société des auteurs du Poitou-Charentes.

Laisser un commentaire